La proposition de loi criminalisant le colonialisme sous le boisseau

Le pouvoir algérien, on le sait, agite régulièrement le chiffon rouge et souffle le chaud et le froid. Ainsi, le projet de loi criminalisant le colonialisme aurait été mis provisoirement en sourdine.
Il n’aurait même aucun fondement juridique selon le ministre de l’intérieur M. Ould Kablia, qui a estimé que, « s’il venait à être adopté, il désignerait des responsables : l’Etat français, ses gouvernements successifs, son armée, ses dirigeants politiques et militaires qu’il faudra nommer. C’est ce qui rend son application illusoire ». Toutefois, nous savons tous que l’Algérie, à l’horizon 2012, ne manquera pas de ressortir de son chapeau, au nom du mythe de la révolution triomphante, ce texte revanchard.

Vous souhaitez participer ?

La plupart de nos articles sont issus de notre Revue trimestrielle l'Algérianiste, cependant le Centre de Documentation des Français d'Algérie et le réseau des associations du Cercle algérianiste enrichit en permanence ce fonds grâce à vos Dons & Legs, réactions et participations.