Des Pieds-Noirs progressistes qui ne font pas illusion

Depuis quelques années, une association de Pieds-Noirs progressistes, présidée par un certain Jacques Pradel (qui n’a rien à voir cependant avec son homonyme de la télévision) s’agite beaucoup pour faire croire qu’elle pèse et qu’elle peut être représentative d’une partie de nos compatriotes.

Cette officine d’extrême gauche adoubée par le FLN, indique s’inscrire en contradiction totale avec « les organisations qui cultivent la haine et la louange absurde d’un régime colonial révolu » et affiche son ambition d’œuvrer au rapprochement entre l’Algérie et la France.

Elle conteste même la représentativité du Cercle algérianiste chez les Pieds-Noirs, lui niant le droit d’ériger un centre de documentation des Français d’Algérie à Perpignan.

L’association nationale des Pieds-Noirs progressistes qui doit compter, c’est sûr, beaucoup de progressistes mais surement peu de Pieds-Noirs, est étrangement silencieuse sur une chose : les drames et les souffrances de ceux qu’elle est sensée défendre. Mais il est vrai que cette association sectaire, ne peut pas vouloir plaire à Alger, au FLN, aux porteurs de valise et à leurs amis, et faire croire en même temps qu’elle se préoccupe du sort de ceux qui en ont été victimes. Vigilance donc à l’égard de ces faux Pieds-Noirs qui ne sauraient tromper personne.

Vous souhaitez participer ?

La plupart de nos articles sont issus de notre Revue trimestrielle l'Algérianiste, cependant le Centre de Documentation des Français d'Algérie et le réseau des associations du Cercle algérianiste enrichit en permanence ce fonds grâce à vos Dons & Legs, réactions et participations.