Non à la Cité nationale de l’histoire de l’immigration à Paris

 

L’association nationale « Maréchal Lyautey » vient de lancer une campagne en vue d’obtenir l’abrogation du décret du 16 novembre 2006, créant la Cité nationale de l’histoire de l’immigration, et son installation dans le splendide bâtiment construit par Lyautey à l’occasion de l’Exposition coloniale de 1931 au palais de la Porte Dorée, dans le 12e arrondissement de Paris. Le colonel Pierre Geoffroy, président de l’association, considère que ce projet est un outrage et déclare « que l’installation de cette Cité, contribue à effacer tout rappel de notre passé colonial, et institutionnalise la repentance ».
La lecture du site Internet de cette future Cité, pour laquelle 20 millions d’euros ont été d’ores et déjà accordés, nous éclaire sur son orientation future : « Il s’agit, avec ce projet et ce lieu, de déconstruire l’image héritée de la colonisation, de retourner les symboles, de dire et de montrer que la page de la colonisation est définitivement tournée, et de détourner le bâtiment de sa vocation première ».
À l’heure même où les rapatriés constatent sans surprise que le projet du Mémorial d’Outre-mer de Marseille a sombré dans les sables mouvants du politiquement correct, la célérité avec laquelle l’État a décidé de soutenir la Cité nationale de l’immigration est une parfaite illustration de cette volonté de s’inscrire dans une repentance qui ne dit pas son mot.
Le Cercle algérianiste, fidèle à sa vocation de défendre l’œuvre et l’histoire des Français d’Algérie, ne peut qu’apporter son plein et entier soutien à l’association « Maréchal Lyautey ».

Vous souhaitez participer ?

La plupart de nos articles sont issus de notre Revue trimestrielle l'Algérianiste, cependant le Centre de Documentation des Français d'Algérie et le réseau des associations du Cercle algérianiste enrichit en permanence ce fonds grâce à vos Dons & Legs, réactions et participations.