Imprimer

Auguste BURDEAU (1851-1894)

Écrit par Pierre VIALETTES. Associe a la categorie Autres personnages remarquables

Un nom dans le Sersou. Une rue et un monument à Lyon portent ce nom.



 

AUGUSTE BURDEAU

    Qui aujourd'hui se souvient de Burdeau, mort il y a un peu plus de cent ans?
    Qu'a-t-il fait pour que son nom soit donné à un village algérien ainsi qu a une rue de Lyon ?

    Le très beau livre "Burdeau-Sersou (1905-1962)" édité en 1996 par l'amicale Burdeau-Sersou nous apprend qui était ce Lyonnais dont le nom a été donné à un village de colonisation créé par le décret du 13 septembre 1904. La biographie est résumée ci-dessous: Auguste Burdeau est né à Lyon dans une famille très pauvre, situation encore aggravée par la mort du père. Obligé de travailler dès l'âge de dix ans, apprenti tisseur de soie, il réussit à étudier pour obtenir un succès au concours d'interne au Iycée de Lyon, puis au collège Sainte-Barbe à Paris. Il est reçu au concours de l'École normale en 1870 mais s'engage pour combattre contre la Prusse; blessé, fait prisonnier, il s'évade; à vingt ans, il reçoit la Légion d'honneur. A sa sortie de l'École normale il est reçu à l'agrégation et nommé professeur de philosophie au lycée de Nancy. Il fonde le "Bulletin de Correspondance Universitaire", est nommé au lycée Louis le Grand à Paris, puis au Conseil supérieur de l'Instruction publique. Remarqué par Gambetta, il devient chef de cabinet de Paul Bert, ministre de l'Instruction publique. Burdeau est élu député du Rhône en 1885; il revient souvent à Lyon pour donner des conférences, malgré ses travaux à la Chambre des députés où il est rapporteur du budget de l'Instruction publique, puis chargé du rapport sur l'Algérie qu'il visite pour se rendre compte des réalités locales. C'est alors qu'on lui propose le poste de gouverneur général qu'il décline. Après le succès, en 1890, de l'expédition du Dahomey, il est nommé ministre de la Marine et des Colonies en 1892, ministre des Finances en 1893, et enfin président de la Chambre des députés quand il meurt fin 1894.
    Voilà donc l'homme que Lyon et l'Algérie ont voulu honorer.
 

Burdeau. Vue générale

Dès le 8 janvier 1895, le conseil municipal de Lyon donne son nom à la rue du Commerce et un comité local se forme pour ériger une statue. Mais il est devancé par le comité parlementaire qui inaugure le ler juillet 1901 un monument sur la tombe de Burdeau au cimetière du Père Lachaise: œuvre du sculpteur Alfred Boucher et de l'architecte Etienne, sur une pyramide de granit se dresse le buste en bronze de Burdeau; devant la pyramide une jeune fille, symbolisant la postérité (1).
    Le montant des sommes recueillies par le comité lyonnais est faible et malgré l'aide de la municipalité, il ne dispose que de moyens insuffisants pour ouvrir un concours.
    De passage à Lyon, le sculpteur Alfred Boucher accepte d'étudier l'emplacement choisi par la ville pour le monument et présente un projet: "Fontaine monumentale en pierre sur laquelle la statuede Burdeau en bronze se détacherait en saillie sur un bas-relief rectangulaire en bronze" (2).

      Le comité demande à Boucher un second projet dont il présente la maquette: "Une muse de l'Histoire", réplique en bronze de la statue en marbre qu'il a exposée au Salon de Paris en 1898.

      Mais le conseil municipal qui tient à un ensemble plus grandiose pour dominer la perspective descendant par un large escalier jusqu'à la place Sathonay, préfère la fontaine monumentale.
    La direction des travaux est confiée à l'architecte Gaston Trélat; le monument est inauguré le 28 juin 1903, dominant la rue Burdeau, au bas du Jardin des Plantes, juste au-dessous de l'amphithéâtre romain où les premiers martyrs chrétiens de Lyon ont été livrés aux fauves en 177.
    Le monument achevé paraît plus lourd que la maquette conservée à l'hôtel de ville, mais il a été conc,u pour être vu d'en bas, de la place Sathonay où se dresse la statue du sergent Blandan.
    Sur la face arrière un bas-relief en bronze d'une jeune femme, allégorie de l'Histoire, présente les étapes de la vie de Burdeau: soldat, professeur, député, ministre.
    Le bas-rellef et la statue ayant été fondus en 1942, il ne reste sur le revers du monument qu'une inscription:

Lyon: le monument de Burdeau

  BURDEAU
1851-1894
AIDE-TOI
LA RÉPUBLIQUE T'AIDERA

    Peut-être l'association "Burdeau-Sersou" pourrait-elle obtenir l'accord la municipalité de Lyon pour remplacer le bas-relief fondu pendant guerre par une plaque évoquant le souvenir du village qui a mainte perdu son nom d'origine?

Pierre Vialettes

1 - "Le Progrès"2 juillet 1901.
2 - Lettre du Comité au maire du 18 janvier 1900.    in L'Algérianiste 1999 (88) p.96
 

Vous souhaitez participer ?

La plupart de nos articles sont issus de notre Revue trimestrielle l'Algérianiste, cependant le Centre de Documentation des Français d'Algérie et le réseau des associations du Cercle algérianiste enrichit en permanence ce fonds grâce à vos Dons & Legs, réactions et participations.