Imprimer

Louis MILLIOT (1885-1961)

Écrit par O.G.. Associe a la categorie Autres personnages remarquables

Bugeaud-Bône 1885, Paris 1961

LES CAHIERS d'Afrique du Nord n° 2 - 2 Décembre 1994

Louis Milliot était fils de médecin, issu d'une vieille famille ardéchoise installée en Algérie dès 1845.

Agrégé de droit, diplômé des Langues orientales, professeur à la Faculté de droit d'Alger dont il devint le doyen en 1933, Louis Milliot fut une personnalité de premier plan, un de ces Français qui considérait l'Algérie comme faisant partie intégrante de la patrie et pour lequel le musulman est un ami, un frère qu'il aime et respecte.

Mobilisé au Maroc durant la guerre de 1914-1918, il eut l'occasion de collaborer étroitement, comme officier, avec Lyautey qui lui confia la tâche de recueillir les traditions de la jurisprudence marocaine, conservées alors par tradition orale. Ce travail devait donner lieu ensuite à deux ouvrages: Démembrements Habous (1918) et La Jurisprudence chérifienne (trois volumes, 1920-1924).

Après avoir passé son agrégation à la faculté de droit de Paris, il fut nommé en 1921 professeur de droit musulman à Alger. Sa compréhension de l'âme musulmane et ses connaissances approfondies dans le domaine administratif lui firent confier, en 1934, le poste de directeur des Affaires indigènes au gouvernement général de l'Algérie jusqu'en 1940, époque à laquelle il retrouva son poste de professeur à la Faculté d'Alger.

Sa haute valeur morale et sa compétence en droit international le désignèrent le 11 février 1944 pour être placé à la tête du comité de coordination de la Croix-Rouge dans les territoires libérés, poste qui le conduisit à Paris. C'est sous sa direction que ce comité fit converger vers la France libérée tous les secours recueillis dans le monde entier pour venir en aide aux enfants et aux adolescents de la métropole qui avaient souffert de l'occupation ennemie. Il devint vice-président de la Croix-Rouge française en 1945.

En 1946, la Faculté de droit de Paris créa, à son intention, la chaire de droit musulman, poste qui le conduisit définitivement dans la métropole. En 1949, il fut élu membre de l'Académie internationale de droit comparé, dont il devint le président en 1958.

Le professeur Milliot a consacré sa vie au droit musulman et il a été considéré comme l'un des plus grands spécialistes en cette matière. Ses publications sont nombreuses et remarquables. Outre les deux ouvrages mentionnés plus haut, citons ses deux thèses, l'une consacrée àla Femme musulmane au Maghreb (1910), l'autre à l'Association agricole chez les musulmans au Maghreb (1912) et son livre magistral l'Introduction à l'étude du droit musulman, publié à Paris dans la collection de l'Institut de droit comparé en 1953. Synthèse du travail de toute sa vie, il est devenu un classique et témoigne de la haute compréhension que Louis Milliot avait acquis de l'âme musulmane. Il dirigeait en outre la Revue algérienne et les jurisclasseurs marocains.

Ses interventions dans les congrès internationaux lui donnèrent une réputation mondiale. L'une de ses initiatives les plus hardies fut l'organisation, en 1951, d'une semaine de droit musulman à Paris, qui connut un grand succès.

Les déchirements de son pays natal ont assombri les dernières années de sa vie. Ce noble et grand Français repose à Marnes-la-Coquette, près de Paris.

Une brochure en hommage à Louis Milliot a été publiée après sa mort par ses amis.

O. G